Rechercher

Directeur immobilier et Ressources humaines : un tandem gagnant

Mis à jour : juil. 20

Digitalisation massive, essor du home office, management plus humain et reconnaissance du concept de qualité de vie au travail, le paysage de l’immobilier d’entreprise est en pleine effervescence. Autrefois exclusivement assignés au principe d’optimisation des coûts, les espaces de travail sont aujourd’hui de véritables leviers de performance. Plus que de simples exécutants, les salariés sont perçus comme des consommateurs souhaitant vivre une expérience particulière, attrayante et conviviale une fois arrivé au bureau. Il devient alors urgent pour les entreprises de repenser leurs espaces…


Une synergie qui a du sens


La société, ses salariés, le télétravail, le flex-office… vastes sujets qui embrasent l’actualité depuis plusieurs mois maintenant, et qui donnent du fil à retordre aux décideurs. Et si ses prismes sont multiples, il en est un que l’on évoque rarement : celui d’un duo qui pourrait largement contribuer à redessiner une stratégie d’entreprise salvatrice et dans l’air du temps. Il s’agit du Directeur des ressources humaines et du Directeur de l’immobilier.


Quand nous travaillons, nous nous retrouvons dans un lieu destiné pour y exécuter un certain nombre de taches, la plupart du temps de concert avec d’autres collaborateurs. On attend dans cette optique que le RH chaperonne la bonne conduite des interactions, clé de voute d’une bonne productivité. Il y a des décennies que les entreprises ont appréhendé la dimension des ressources humaines, et pas uniquement pour s’occuper du recrutement et des fiches de paies.

Mais qui se préoccupe de ce lieu chargé en émotion où jaillit de brillantes idées, un esprit d’équipe à toute épreuve et parfois même des rencontres mémorables ? Rarement mis en lumière, le Directeur de l’immobilier est un pilier qui a su se rendre indispensable dans les grands groupes. Chargé de s’occuper de la vie du bâtiment au sens large, il définit avec la Direction générale la politique immobilière de l’entreprise. Au-delà de l’optimisation et la valorisation du patrimoine dont il a la charge, ce dernier veille également à l’attractivité de l’environnement de travail. En cela, ses missions se recoupent alors avec celles du DRH.



Alors que le DRH est focalisé sur les problématiques internes et le directeur de l’immobilier, sur les aspects plus économiques, dans quelle mesure ce duo peut-il œuvrer dans la complémentarité ?



Jadis externalisée, la direction immobilière des entreprises joue depuis une quinzaine d’année un rôle stratégique à part entière… Total, pionnier en la matière, suivi par le groupe PSA, ont compris l’importance de rattacher en une seule et même entité les Ressources humaines avec l’immobilier. Un choix novateur qui a fait ses preuves.

Mais ce « couple » inédit a de nombreux challenges à relever s’il entend mener de front une politique d’entreprise profitable à tous. Un savant dosage s’impose donc.


En effet, le DRH doit prendre la mesure des besoins des équipes mais tout en restant dans la maitrise des coûts, et ne pas tomber dans le piège « du caprice », acquis qui se verraient démesurés par rapport au marché. Étant régulièrement confronté aux problèmes psychologiques des collaborateurs, notamment dans une période confuse post-Covid, le DRH campe aujourd’hui un rôle central au sein des entreprises. Et c’est précisément ici que le Directeur de l’immobilier doit entrer en scène. Ce n’est guère un scoop, travailler dans de bonnes conditions, qui plus est dans un lieu chaleureux, ou l’on se sent bien et à sa place, est un booster de performance pour les salariés.


Aujourd’hui, les entreprises sont de plus en plus nombreuses à transformer leurs locaux pour en faire la « deuxième maison » des employés. Face à l’émergence de cette nouvelle génération beaucoup plus exigeante que ses ainés, et qui s’approprie les espaces de façon différente, il est de bon ton de concevoir des espaces à la croisée entre la vie personnelle et vie professionnelle. Les entreprises ont pris conscience qu’on n’avait pas besoin d’être assis sur une chaise 9h d’affilée pour réfléchir, produire et être créatif. Salles de repos cocooning, salles de jeu conviviales, salles de sport, salons cosy où échanger et créer du lien, ou encore cadre de restauration loin des standards habituels de cantines, la qualité de vie au travail est devenue le maitre mot !


Les enjeux auxquels ils sont confrontés


L’évolution actuelle de notre société s’apparente à une redéfinition radicale des standards de productivité, où la notion de performance s’élargit.

Dans une époque marquée par le besoin accru de liberté, la culture du résultat est une tendance grandissante que le DRH et Directeur immobilier doivent apprivoiser. Accentuée par le télétravail, qui a fait voler en éclat le management classique, cette nouvelle norme s’impose petit à petit dans toutes les strates.

Exit le sempiternelle « comment », pourvu que le salarié ait réalisé son objectif, un résultat tangible. Point de contrôle au bureau, ni de suivi sur la meilleure manière à opter dans l’exécution d’une tache, l’autonomie et le choix de méthodes personnelles priment sur le reste. En somme, un management basé sur la confiance.


Pour de nombreuses sociétés, le principal défi du télétravail réside dans la mise en place de méthodes pertinentes et usages collaboratifs à distance. Mais pour que chacun trouve son rythme de croisière, une vision commune est nécessaire pour jouer la même partition.

Pour répondre à ces nouveaux modes de travail, le DHR et Directeur immobilier doivent être de véritables chefs d’orchestre afin d’organiser au mieux les équipes, qui jonglent entre présentiel et distanciel. Nécessitant beaucoup de gestion de projet et de travaux de groupe, le management de résultat trouvera sa place dans un environnement de travail adapté, d’où la nécessité de repenser ces espaces.



2 vues0 commentaire