Rechercher

La conciergerie, un levier de performance comme un autre

Temps de trajets supprimés, alimentation plus saine, activité sportive… le retour au présentiel est déjà derrière nous et nombreux sont les employés à s’être forgés leurs propres petits rituels au quotidien, concourant à un meilleur équilibre entre vie professionnelle et personnelle. Dans ce contexte, les entreprises doivent redoubler d’inventivité pour inciter les employés à revenir sur site et surtout bâtir une « marque employeur » attractive. Des solutions existent : elles se veulent servicielles. Capitaliser sur le bien-être des collaborateurs n’est plus l’apanage des géants de la Silicon Valley, mais une réalité aujourd’hui incontournable dans l’hexagone. Comment faire de « l’expérience client » une véritable plus-value pour l’entreprise ? Quelles sont les offres et stratégies dans l’air du temps ?


La concierge d’entreprise, kesako ?


Flirtant avec les codes de l’hôtellerie, le principe de la conciergerie gagne du terrain en France et les initiatives se renouvellent pour pleinement répondre aux besoins des utilisateurs. Bien plus ancienne qu’elle en a l’air, cette tendance a fait son apparition lors de l’époque romaine. Jadis chargé de l’accueil et de la sécurité des visiteurs, le concierge a pris du galon au Moyen Âge. Détenteur de tous les accès du château et dans les petits papiers du roi, il jouissait d’une place honorifique et stratégique. C’est seulement à la fin du XIX eme siècle que la fonction s’étend au-delà des douves, en prenant place dans les hôtels, immeubles et entreprises. La conciergerie d’entreprise, née outre-Atlantique dans les années 1990, s’est d’abord implantée dans les (tristement célèbres) tours du World Trade Center. Force est de constater le temps perdu à déambuler dans les dédales de couloirs et ascenseurs, des concierges ont été postés aux étages pour soulager les usagers. Cette « approche QVT » a quant à elle fait ses premiers pas en France dans les années 2000, sous l’impulsion de grands groupes américains où les comités d’entreprise n’existent pas.


Mais dans les faits, qu’est-ce qu’une conciergerie ? Il s’agit d’un ensemble de prestations mises à disposition par une société pour le compte de ses salariés. Allant de la restauration locale, aux cours de sport en passant par les soins esthétiques, la garde d’enfant, les services d’aides ménagères, la location de vélos, la réception et envoi de courrier, la livraison de courses ou encore le pressing, le panel est vaste… L’offre est ainsi personnalisée et privilégie le rapport humain pour mettre l’expérience collaborateur au premier plan. Alors qu’en moyenne chaque employé consacre près de 1h par jour pour gérer, sur son lieu de travail, certaines charges du quotidien, (trouver une baby-sitter, un cadeau en last minute, un spectacle…) les bénéfices sont nombreux. Un salarié à l’esprit libéré est un salarié qui produit plus et mieux ! Sans compter le temps précieux ainsi alloué pour sa vie personnelle, parfois parasitée par les petits tracas du quotidien et soucis logistiques. Les journées sont plus fluides, l’absentéisme baisse et l’ambiance générale au sein des immeubles tertiaires s’en ressent. Bien que la conciergerie ne soit pas LA recette miracle pour fidéliser ses talents, elle contribue grandement à créer un environnement favorable au sein duquel on prend plaisir à venir travailler. En somme, le nerf de la guerre !

En règle générale, l’entreprise qui fait appel à une conciergerie prend en charge le coût d’installation et de fonctionnement qui varie en fonction de la taille et des services proposés. L’ensemble des collaborateurs passent ensuite commande et règlent de manière autonome un service au prix du marché, ou parfois partiellement offert par l’employeur. Jadis les yeux rivés vers les grands groupes du CAC 40, la conciergerie se fraye aujourd’hui un chemin au sein des PME et TPE qu’elle a séduit avec une offre plus flexible et abordable. Certaines entreprises mutualisent en effet leurs coûts avec leurs voisins. Il est devenu possible de mobiliser la présence physique d’un concierge les jours que l’on souhaite et prévoir le reste du temps, une plateforme internet dédiée, Exit donc l’espace alloué qui alourdit la facture ! Vous l’aurez compris, le digital s’immisce dans le monde de la conciergerie et n’a pas dit son dernier mot...


Conciergerie 2.0 : quand digital rime avec lien social


Affectée par le télétravail massif, l’activité a chuté de 14,5% en 2020 et mis en difficulté certains acteurs. Face à une logique d’optimisation des mètres carrés et des coûts, les prestataires n’ont pas eu d’autres choix que de se réinventer et s’orienter vers le digital. Cette dernière offre tout ce qu’une conciergerie classique peut offrir, mais avec davantage de flexibilité et un budget maitrisé. Disponible 24/24 et 7/7, elles dépoussièrent le secteur et accompagnent les nouveaux usages et l’évolution RH des entreprises, quelle que soit leur taille. Non plus cantonnés strictement au bureau, les services de conciergerie s’invitent au domicile des employés, devenu une prolongation du « workplace » en période home office. Particulièrement efficace en la matière, Be Connected de Circles offre aux employés la possibilité de se faire livrer à la maison des paniers bio et profiter de services comme la garde d’enfant, le ménage, le pressing…


Lorsqu’on est « moins mais mieux » au bureau, les temps de présence font la part belle à la convivialité et aux échanges, gage d’une culture d’entreprise pérenne. Et Certains acteurs révolutionnent l’expérience, à l’instar de Witco qui a récemment levé 12 millions d’euros. Convaincue qu’un immeuble est par essence singulier, elle a mis au point une plateforme qui s’adapte à sa typologie comme à ses caractéristiques intrinsèques. Une approche qui correspond en tout point aux enjeux actuels. Mettant l’accent sur la personnalisation, elle propose une cinquantaine de modules internes qui permettent d’améliorer la communication, de favoriser la communauté tout en proposer une gamme de services de conciergerie traditionnelle. Concrètement, via l’application, un employé va pouvoir déclarer ses jours de présence, réserver son poste de travail en cas de flexoffice, ou une salle de réunion/place de parking, déclarer un incident, être prévenu de l’arrivée d’un visiteur, entrer dans les lieux avec son téléphone etc.


Même constat chez Be Connected : outre son pôle de conciergerie classique, elle intervient dans l’organisation d’événements sur site et à distance grâce à un calendrier d’animations sur-mesure : ateliers culinaires, moments de détente et bien-être, actions solidaires et discussions, sur des thèmes variés. Enfin, To do Today ambitionne elle aussi de « libérer les utilisateurs des contraintes quotidiennes, leur permettre d’être en forme et les inciter à s’engager ». Tels sont les crédos de ces conciergeries inspirées qui ont su prendre le pouls de l’entreprise.


Il y a fort à parier qu’à l’image des nouveaux modes de travail, elles tendront à l’unanimité vers une approche hybride et flexible, tout en endossant le rôle de logisticien. A la fois présente en entreprise et à distance, ces dernières auront tout intérêt à faire le lien et s’adapter aux habitudes et contraintes des collaborateurs. Imaginons : vous déposez au desk de votre entreprise plusieurs chemises à repriser, mais souhaitez les récupérer dans votre centre-ville, ou à domicile…

Les conciergeries sentent la nécessité de transcender leur activité en optant notamment pour des solutions multiservices et d’hospitality management. Plus que jamais, les bailleurs vont devoir également s’adapter, et valoriser leurs actifs par une approche servicielle, proche de l’hôtellerie.


Happy office, happy bénéfits ! :)



17 vues0 commentaire

Posts récents

Voir tout